Accueil > Alpinisme > Comptes rendus > Snow, Sea, Ski and …. Fish

Snow, Sea, Ski and …. Fish

L’histoire d’un séjour dans les Alpes de Lyngen

Un groupe de 9 adhérents des clubs fsgt IdF revient d’un séjour de ski de randonnée dans le massif des Alpes de Lyngen en Norvège.

Les Alpes de Lyngen, c’est où ?

Au nord de la Norvège dans la province du Troms, la péninsule des Alpes de Lyngen est située sur le 69° Nord. La péninsule est entourée par 2 fjords : l’Ullsfjorden prolongé par le Sorfjorden à l’ouest et le Lyngen à l’est, un fjord secondaire coupe la péninsule en 2, le Kjosen. Sur 70 à 80 kms de long et 20 kms de large, les sommets ont une altitude de 1000m environ à 1834m.

Au nord oui, mais tout sauf du terrain nordique, le relief y est très alpin, arêtes acérées et corniches (hou-la-la, gaffe, ça craint). Comme toute la côte norvégienne, la mer baigne le pied des montagnes, mais là, la présence de l’eau de tous les côtés peut permettre de skier jusqu’à la plage. Plus qu’ailleurs il s’agit de montagnes les pieds dans l’eau.

Donc des dénivelés de 1000m à beaucoup plus.

Une grande ville pas très loin : Tromso, avec un aéroport.

Un projet – une préparation

L’idée lancée en début de février 2012 autour d’une première approche (sans jeu de mots), accéder à des iles montagneuses et des côtes sans routes au moyen d’un bateau (ou on y dort comme dans un refuge flottant), débarquer sur la grève et à skis de randonnée faire l’ascension de sommets, retour prévu dans la poudre jusqu’à la plage (la baignade n’étant pas forcément au programme).
Des premières réunions pour discuter, constitution du groupe, date, comment sont les montagnes … Voilà pour que l’opération location d’un bateau et des services de l’équipage fonctionne, il faut constituer un groupe de 10 skieurs. Juin 2012, il faut s’engager et seulement 8 partants décidés, la formule est abandonnée.
Septembre 2012, retour sur le sujet dans une nouvelle formule, se trouver un ou des hébergements (gîtes, refuges…) et louer des véhicules pour aller dans les différents coins du massif, à la journée ou sur plusieurs jours.
C’est en tout une préparation de presque 15 mois qui nous mènera au départ et là nous serons … 10 sur les rangs, presque puisse qu’une personne blessée quelques semaines avant le départ ne partira pas.

Un groupe

10 personnes venant pour un gros noyau de L’US Ivry et des adhérents de L’US Fontenay, de Grimpe 13 et de Roc 14 finalement 9 partants effectifs. Un groupe de taille limité (c’est déjà beaucoup pour ce type de projet) et des skieurs déjà bien expérimentés.
Un groupe, oui, une équipe ? Un peu plus difficilement. Un constat, au cours des 15 mois de préparation, nous ne verront pas beaucoup certains participants aux réunions, chacun ayant bien sur ses contraintes de la vie. Ceci dit des assidus aux réunions ne s’investiront pas pour autant dans la préparation. Cela se ressentira dans le fonctionnement du groupe sur le terrain. Certaines courses se feront ensemble et d’autres en 2 groupes séparées. Certains sommets auraient pus sans doute se faire le groupe au complet. Ceci dit sera toujours super ski.

Des réalisations, des sommets

Un nombre important de sommets seront visités par le groupe, quelque uns pas en totalité : météo, conditions de neige …. Les départs se faisant quasiment au niveau de la mer, plus quelques remontées supplémentaires.

  • Kavringtinden 1289m
  • Fastdalstinden 1215m
  • Rundfjellet 1413m en traversée
  • Daltinden 1533m : 2 visites
  • Storgalten 1219m
  • Istinden 1495m (arrêt au col)
  • Gillavarri 1163m : 2 visites
  • Tafeltinden 1395 m
  • Jiekkevarri 1834m
  • Steinfjellet 1120m
  • Store Jaegervasstinden 1543m (arrêt au pied du couloir terminal)
  • Store Russetinden 1405m (stop avant le sommet)
  • Rornestinden 1041m

Une météo plutôt clémente, même si il y a des bémols, vent violent comme le premier jour, jour blanc le 2° jour. Temps changeant sur la journée et selon l’endroit : plutôt beau pour une partie du groupe au Daltinden (dans le sud) et rafales de neige pour le reste du groupe s’essayant à la pêche à la morue (dans le nord). Une offensive du printemps sur la fin du séjour, c’est agréable mais moins bien pour la neige. Neige de tout : de la poudreuse, du carton et de la bien lourde. La température n’est pas très froide au niveau de la mer, quand on monte sur les sommets ça refroidie et si le vent s’en mêle, faut mettre sa petite laine.

Dans l’ensemble les courses ne sont pas beaucoup fréquentées, sauf quelque unes très classiques et à proximité de Lyngseidet. Toutefois, nous avons rencontré des groupes assez nombreux de norvégiens, free-riders assoiffés de neige et oui nous ne savions pas qu’il y avait aussi le rassemblement « High Camp », une déferlante de blondes vikings.
Cette année nous avons bénéficié d’un enneigement abondant.

Fish

Nous serons 4 (éclopés, fatigués….désireux de varier les plaisirs) à essayer les joies de la pêche. 2 journées, une sous les rafales de neige, l’autre avec un temps plus avenant. Bredouille, oui carrément bredouille.

Pas la moindre grosse morue, pas de petit maquereau frétillant, pas même l’ombre d’une belle crevette, rien, seulement une moule a bien voulue refermer sa coquille sur un hameçon. Et on a tout essayé, les poids de 27g, ceux de 17g et même ceux de 9g. Bredouille va, skieurs un peu, pas pêcheur du tout.

Au quotidien

L’aventure commence par une 1° étape rude (30 Kg de fourbi à trimbaler) dans le RER parisien.

Nous arriverons le soir même à Tromso avec escale à Oslo pour s’héberger dans un petit hôtel (AMI Hôtel). Mais d’abord récupérer nos supers véhicules dans une vague station service. La location des véhicules étant assez cher en Norvège nous avons opté pour une solution « Rent a Wreck » ce n’est pas du neuf ! Puis visite d’une pizzeria, vers le port.

Ca commence bien une housse avec une paire de skis égarée par SAS, l’heureux gagnant devra louer une journée une paire de super fat, super lourd. Les skis égarés arriveront le lendemain.

L’aventure continue, nous prenons le lendemain la route pour Lyngseidet (notre camp de base pour 10 jours). En Norvège c’est à fond sur la neige et la glace (… avec des pneus cloutés), ça caille en attendant le Ferry et ensuite arrivée dans nos pénates après quelques heures de trajet.

Nous avons dégotté une adresse 3* : un lodge : « Moutain Magic Lodge » à recommander.

lodge en ½ pension avec le pique-nique du midi compris.
A peine posé les sacs, c’est droit sur le 1° sommet devant notre nez, les 1° la tête dans le guidon et déjà un éclopé en rade et de joyeuses bourrasques de vent sur le sommet. Pour un début c’est une ambiance bien hivernale. Notre éclopé se fera une cure de bulles pendant 3 jours avant de pouvoir reprendre du service.

La journée type, c’est petit déjeuner vers 7h00/7h30, départ vers le début de la course, on fait le sommet en peaux et youpi la descente. Retour au lodge, douche et bière et direct à la soupe. Faut encore trouver des idées pour le lendemain.

Nous n’avons pas chômé (pour les plus courageux), course tous les jours, une visite à tour de rôle à une montagne de l’autre côté du fjord (histoire de faire une approche en bateau et de voir l’ensemble du massif).

La fin du séjour se fera dans un début de printemps. Routes déneigées et là la panne, à une heure du retour à l’aéroport, un moteur chauffe et nous avec du coup.

Finalement, on y arrive et avec une ristourne chez le loueur.

Pratique au quotidien

Il y a plusieurs façons de faire du ski de randonnée à Lyngen.

La 1° idée avec un bateau peut permettre d’aller visiter les montagnes sur des îles, avec des accès à la côte sans route, mais finalement est moins adaptée à un parcours plus à l’intérieur du massif. Détail annexe le coût d’affrètement avec l’équipage d’un bateau n’est pas donné et rend le séjour beaucoup plus cher.

Le séjour en utilisant des petits refuges apporte peu. Il y a quelques petits refuges (douillés) inégalement répartis sur le massif, mais qui sont tous situés à basse altitude (environ 200m) dans quelques basses vallées assez proche de la côte, le gain en dénivelée par rapport à un départ de la côte est faible.

Dans l’hypothèse de l’utilisation de ces refuges, nous avions prévus sac de couchage et réchauds-gamelles, finalement inutiles.
La solution retenue hébergement dans une lodge (ou aussi des Hytta de pêcheurs en gestion libre) est finalement la plus adaptée. On trouve aussi à louer des hytta pour 6/10 personnes.

L’hébergement à Mountain Magic Lodge reste une des solutions les plus pratiques et d’un coût relativement raisonnable (en termes de prix norvégien) : prix par jour et personne environ : 500 NOK (1 euros environ 13/14 NOK). Bouffe 3*, Henrika et Patrick les boss sympas et un public de randonneurs à skis, aussi des free-riders indécrottables, le bonnet vissé sur la tête avec les lunettes, bien au chaud à table.
Avion : s’y prendre le plus tôt possible, avant que les prix montent, il faudra prévoir un supplément bagage pour l’équipement skis (30 € par trajet). Escale obligatoire à Oslo.

Rent a Wreck, quelle conclusion ? C’est sur nous avons économisé sur une location classique, mais la panne au retour (une durite qui lâche ?) a bien failli nous mettre dans la « M ». A voir ?
La période, nous sommes parti du 4 au 16 avril, c’est bien sur le compromis des disponibilités de chacun, mais un créneau au milieu de la période du ski de rando à Lyngen.

Début mars, c’est des journées courtes, plus froides et les sommets les plus hauts ou techniques plus difficiles à faire. Fin avril début mai, c’est le bas des vallons qui se déneigent, une neige plus transformée en altitude, les arêtes plus accessibles (pensez aux belles corniches qui décorent les sommets). En choisissant un créneau milieu c’est s’assurer d’un départ et retour quasi de la mer à skis et de journée plus longue que chez nous (dans les Alpes)

De la doc, des infos

Ne pas hésiter à éplucher ce qui traîne sur internet, on trouve des topos sur Camptocamp.

Un topo, texte en norvégien, mais des photos claires des parcours, des cartes avec le tracé de l’itinéraire, une description technique du type des topos neige :
« Toppturer I Troms » de Espen Nordahl chez FriFlyt
Existe maintenant en 100% anglais « Skitouring in Troms » de Espen Nordalh chez FriFlyt.

Des cartes au 1/50 000, série topographique StatensKartverk en plusieurs feuilles :
1634 IV ; 1634 III ; 1634 II ; 1634 I ; 1533 I ; 1633 IV ;

Des nouvelles cartes au 1/50 000, dédié à la randonnée, + grandes surfaces et recto-verso
Turkart : Lyngenhalvoya et Tromso fastland-Stuoranijarga de Ugland IT (Den Norske Turistforening : DNT)

Se procurer la doc : nous sommes passes par un distributeur en Belgique : Altiplanobooks (+ simple pour la monnaie et la langue). Le DNT à Oslo a aussi une boutique en ligne.
Une adresse en France (vente que les Turkart) : Aventure Nordique

Des adresses :

Avec tout cela, c’est clés en main, ou presque.

Un budget, exemples de coûts

Avion : 350€ + 2x30€ (bagages spéciaux) par personne
Location véhicules : 1180 € pour les 9 personnes (par personne : environ 130 €)
Ferry : aller et retour Lyngseidet-Oderdalen, 12 €/personne (visite de l’ordre côté du fjord) ;
traversée du Ullsforden, aller et retour, 2 véhicules, 9 passagers : 120 € pour le groupe
1 repas à Tromso : 347 € pour 9 (enfin une pizza)
1 nuit d’hôtel à Tromso : 377 € pour 9 avec petit déjeuner.
Lodge avec quelques bières : 5 501 NOK soit environ 750€ par personne pour le séjour
+ les vivres de courses préférées de chacun et un gros saucisson-tomme de chez nous
Doc : 300 €
Par personne le séjour revient à environ : 1400/1500 €, ce n’est pas donné, mais c’est du ski assez extraordinaire.

Lyngen :

Nous avons préféré privilégier le côté beau ski dans un cadre grandiose à un circuit plus bourrin mais qui aurait laissé peu de place aux sommets et au ski. Mais c’est sur si j’y retourne, je m’inscris avec ‘’High Camp’’, il y a des filles ….

Participants :

  • Jean-Michel Birck (USIvry)
  • Stephan Bodard (USFontenay)
  • Jean-Louis Bonnentien (USIvry)
  • Cédric Diot (USIvry)
  • Sylvain Egret (USIvry)
  • Christophe Gautherat (G13)
  • Mathieu Jorron (Roc 14)
  • Eric Moustard (USIvry)
  • Jean-Louis Turbat (USIvry)

Jean-Louis Bonnentien

CALENDRIER

Chaque dimanche

Fontainebleau

Jean-Luc à la Canche aux Mercier (Fontainebleau)

Toute l’année

Grimper chez nos voisins